• recherches typographiques •

<

 une consonne, spécifique à la langue corse

L'écriture du corse a posé un problème de graphie des « triconsonnes », resté sans réelle solution à l'heure où il fut question d'écrire cette langue restée orale, il y a quelques décennies encore. Les sons se pouvaient écrire 'CHJ+une voyelle' et 'GHJ+ une voyelle'. Quatre lettres, donc, pour une seule syllabe…

Après avoir cherché une solution évidente à écrire comme à reproduire, j'ai proposé cette synthèse du H et du J, qui pourra être précédée du C comme du G.

Le corse pourra ainsi posséder sa signature graphique, comme le 'ñ' espagnol et son tilde, et être reconnaissable entre toutes…

un nouvel euro ?

Consternation en découvrant, à la fin des années 90, le signe imposé pour la nouvelle monnaie européenne. Un C barré, pas un E… dès mon premier livre vendu en euros, « Les Hauts cris » du poète Norge, et jusqu'à aujourd'hui, je n'ai jamais pu utiliser ce signe !

Parmi les nombreux nouveaux signes de ponctuation que nous avons collectivement cherché, avec Alain Adaken, l'institutrice Marie Sola et ses élèves, mon préféré restera certainement celui-ci : « Le Contrefort ».

Destiné à renforcer un paragraphe ou un texte faible, son indispensabilité est prouvée dans le livre Le Seizième signe, toujours disponible au prix de 1789 centimes.

Mais j'ai aussi un faible pour la virgule flottante…